Stage de pilotage : un rêve de gosse

Je ne sais pas si vous aussi étant gosse, vous rêviez de conduire les belles voitures de sport que l’on voyait à la TV, pour ma part, c’était la Porsche 911. On peut désormais se faire plaisir sur circuits avec les stages de pilotage.

Stage de pilotage : un rêve de gosse

Se faire plaisir sur circuits

Le passage à 80km/h et la présence des nombreuses voitures banalisées avec radar embarqué suscite de plus en plus de tension et surtout limite la prise de risque des automobilistes sur les routes, ce n’est pas plus mal pour la sécurité de tous mais si vous aviez tendance à faire quelques accélérations avec votre voiture, il vaudra mieux patienter d’être sur un circuit.

Les stages de pilotages tournent à plein régime depuis plusieurs années et il faut dire que c’est plutôt bien ficelé pour vous faire prendre du plaisir. J’ai eu l’occasion de réserver un stage de pilotage car moi aussi j’avais envie de me faire plaisir avec une Porsche 911 GT3. Ce n’était pas la Porsche 911 de l’époque où j’étais enfant, mais c’est une Porsche et les sensations étaient au rendez-vous. Je vous donne la température, la Porsche 911 GT3, c’est 500 chevaux avec une accélération de 0 à 100 km/h en 3,4 secondes, une valeur neuve de plus de 155 000 euros… Le pilote m’a bien rappelé son prix, histoire que je ne cherche pas exploiter les limites. La Porsche, c’est aussi une pédale d’embrayage très dure, mais c’est ainsi sur les véhicules sportifs.

Mon stage de pilotage sur une Porsche GT3

La journée commence par mon enregistrement, afin de confirmer que je suis bien arrivé et prêt à prendre le volant de cette voiture qui m’a tant fait rêver plus jeune. On est rapidement appelé pour un briefing, il s’agit de nous expliquer en moins de 20 minutes la conduite sur circuit, c’est-à-dire qu’on nous explique avant tout de nous faire plaisir, de ne pas mettre en danger les autres ou soi-même et encore moi le pilote instructeur à notre droite. J’ai appris le principe du freinage dégressif, c’est-à-dire que l’on freine fort d’un coup puis on relâche doucement jusqu’à la sortie du virage. Une fois sorti du virage, on appuie à fond sur la pédale d’accélération jusque la prochaine courbe.

J’ai pris 3 tours dans ma formule et c’est le seul regret que je puisse avoir. En fait, le premier tour, je l’ai passé à prendre en main la voiture et son embrayage à vous donner des courbatures. Le second tour, j’essaie d’appliquer les conseils lors du briefing pour passer les virages au mieux, le troisième tour je commence à connaître la voiture, le tracé et je peux commencer à aller chercher de la vitesse et des sensations et je commence à peine à prendre du plaisir que ça y est, il faut rentrer le véhicule.

Le stage de pilotage est à faire au moins une fois dans sa vie, on profite d’une ambiance sportive, on est avec des passionnés, on voit de belles bagnoles et puis on prend du plaisir. Le conseil à retenir, c’est de prendre au moins 5 tours pour être sûr de ne pas être déçu et de vivre l’expérience pleinement.

Écrit par Tom le dans Sport

Faites suivre sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : fipahzyp6x